Mentions légales   

Directeur de la publication : Milena Grataloup

 

Hébergeur : Wix.com Inc.
500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158 

  • Blanc Twitter Icon
  • Le blog d'Idis sur facebook
  • Blanc Icône Instagram

©2018 Le blog d'Idis

Ce site et son contenu sont protégés par copyright

Vous aimez ?

Le blog d'Idis vous parle tous les week-ends 

Vous pouvez recevoir un mail de notification des mises à jour en vous abonnant  

Rechercher

La vie de Ada 9 - Silence dans la maison

Mis à jour : 12 avril 2019












Musique : Secret Garden : Lament for a frozen flower

Photo : Power_of_Words_by_Antonio_Litterio.jpg, CC BY-SA 3.0



La plume d'Etane sèche sur l'encrier et les mots ne noircissent plus ses feuilles d'écriture. Etane n'écrit plus. Depuis de longues semaines déjà, il ne parle plus, ni ne rit avec Ada. La nuit, il ne rejoint plus Hannah dans la chaleur du lit. Les heures s'écoulent douloureusement derrière la porte close de son bureau. Lorsque Ada se glisse doucement devant le seuil, ce silence, elle le sent peser sur elle comme un couvercle.


Depuis un mois déjà, le silence a envahi la grande maison. Hannah ne répète plus ses gammes dans le salon et Ada ne peut plus la regarder jouer, comme elle aimait tant à le faire. Tous les matins, Hannah s'empresse de quitter la maison pour rejoindre ses amis musiciens. Ils se retrouvent alors. Où ? Ada ne le sait pas vraiment. Ce qu'elle sait, c'est qu'ensemble, ils jouent, jouent, jusqu'à épuisement. Cachés, serrés les uns contre les autres, ils oublient ainsi l’étau qui se resserre autour d'eux. Pour eux, jouer de la musique, c'est survivre ensemble et oublier, durant quelques heures, la violence et l'oppression qui les entourent.


La guerre est désormais là, omniprésente. Pour Hannah et Etanne, survivre, c'est difficile. Ada ne peut plus aller à l'école. Elle n'y est pas en sécurité. Elle passe ses journées à lire et à se raconter des histoires de princesses sauvées par de valeureux chevaliers. Elle ne peut plus courir dans le parc et jouer avec ses amies du voisinage. D'ailleurs, en ce printemps 1942, même les feuilles des arbres hésitent à déployer leur verte ramure dans le pâle soleil. Tout est si froid. Les passants déambulent dans les rues désertes, tête baissée, telles des ombres. Ada aimerait bien être cette ombre, invisible aux yeux des autres. Elle pourrait même être un oiseau, tels les grands oiseaux du parc qu'elle aime tant regarder voler. Elle déploierait ses ailes et partirait loin, loin de cette vie qui l'étouffe, -avec Hannah et Etanne bien sûr- ; il est bien difficile de vivre loin de ses parents lorsque l'on est une petite fille de sept ans.


La nuit est tombée sur Budapest. Etanne regarde les pages blanches de son cahier d'écriture. Il ferme le couvercle de son encrier et range sa plume dans le tiroir du bureau. Encore une fois, il n'écrira pas ce soir. Demain, peut-être ou après ? On ne connaît jamais vraiment l'inspiration du cœur. On ne sait jamais quand elle vient, ni comment elle arrive. On sait juste que, parfois, c'est la main qui conduit. Les mots se forment sous les doigts sans que l'on sache vraiment d'où ils viennent et où ils conduisent. Il suffit alors de les laisser glisser dans les mystères de l'invisible et dévoiler au monde, les secrets de la vie.




68 vues